Soutenez l’association CARE Maroc en réservant votre logement Booking.com !  

7% de votre réservation sera reversé à l’association si vous réservez à partir de  cette page.  

Valable pour n’importe quelle destination. Sans frais supplémentaires. 


Abonnez-vous
à la newsletter

Découvrez les actualités de
CARE International Maroc
association de solidarité nationale.

JE M’INSCRIS MAINTENANT

Votre adresse e-mail ne sera ni vendue, ni échangée.
Vous pouvez vous désinscrire, en un seul clic, quand vous le souhaitez.

22 AVRIL 2020CORONAVIRUS CARE MAROC FACE À L’URGENCE
29 avril 2020
04-05-2020 LES FEMMES RURALES SONT LES PILIERS DE LA RÉALISATION DES PROFONDS CHANGEMENTS ÉCONOMIQUES, ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX NÉCESSAIRES AU DÉVELOPPEMENT DURABLE
6 mai 2020
Tout afficher

05-05-2020
L’égalité genre, prélude à l’autonomisation de la femme

La vision traditionnelle et patriarcale du rôle des hommes reste ancrée dans de nombreux pays. Et les hommes notamment, sont sensibles à ces stéréotypes qu’ils reproduisent et adoptent parfois sans en avoir conscience.

CARE Maroc travaille à changer les mentalités en profondeur en prenant le contre-pied des représentations patriarcales. Les hommes et les garçons deviennent des partenaires égaux des femmes et des filles.

Découvrez l’histoire de l’homme champion !

Hmad est père de deux enfants. Sa femme Hafida, comme toutes les femmes du Douar, n’avait jamais exercé d’activité économique.  «J’étais sceptique le jour où elle m’a informé vouloir intégrer le groupe des femmes de l’Association Villageoise d’Epargne et de Crédit (AVEC) Ichbouka, dans la commune Lehri de la province de Khénifra, initié par CARE Maroc. Je craignais qu’elle néglige ses obligations familiales. J’ai autorisé son adhésion à l’AVEC juste pour lui prouver qu’elle ne pourrait pas concilier son rôle de mère et sa nouvelle activité ».

« Dans notre Douar traditionnellement, subvenir aux besoins de la famille relevait de l’homme. Je ne faisais que suivre les règles de mes ancêtres. Mais j’avoue que le monde a bien évolué, et qu’il faut s’y adapter. Les enfants grandissaient et leurs besoins aussi, mes revenus en tant que maçon ne suffisaient plus.

J’ai sous-estimé la volonté et la détermination de ma femme à vouloir participer financièrement aux charges de la maison. J’ai vu un changement au fil des jours dans sa façon d’échanger avec nos enfants. Elle veille plus sur la scolarisation de notre fille, elle tient à ce qu’elle termine ses études pour travailler et avoir un rôle dans la société.

Hafida est devenue plus dynamique, plus organisée. Grâce aux formations qu’elle suivait, dont elle me partageait le contenu en rentrant à la maison, je commençais à croire en ses compétences. Son activité économique consistait à acheter un mouton et le vendre pour acheter deux. Cela nous a permis d’économiser de l’argent pour financer le permis de conduire de notre fils aîné.

 Hafida est aussi devenue membre de la coopérative Nissae Lehri. Cette structure qui produit du couscous et des épices, est devenue prestataire dans la restauration pour les cérémonies dans la région.

Tous ces changements m’ont encouragé à participer aux formations dédiées pour les hommes du Douar sur le genre et la masculinité positive. Les séances de sensibilisation sur le genre mettent en évidence les différences entre le sexe et le genre, l’importance de l’égalité entre les sexes, sur les rôles et responsabilités des hommes et des femmes. Cela permet d’encourager les hommes à soutenir leurs femmes dans les responsabilités du quotidien, comme la garde d’enfants, l’entretien du foyer. Cela encourage aussi les femmes à participer et à prendre des positions de leadership dans leur communauté.

Nous avons bien changé ma femme et moi, je suis plus impliqué dans la gestion du foyer et l’éducation de nos enfants.

«Aujourd’hui c’est moi qui rappelle à Hafida ses réunions hebdomadaires. »

J’apporte mon aide aussi à la coopérative, comme je suis maçon dans la région, je peux être disponible sur plusieurs jours, je me charge de l’achat des matières premières. En étant aussi élu de la commune je suis plutôt facilitateur entre la commune et ces femmes. Je leur mobilise le transport en cas de déplacement pour les expositions ou lors des approvisionnements. Aussi je les ai encouragées à créer une association féminine, et à adhérer au comité d’équité et d’égalité des chances pour faire entendre leur voix, et pouvoir faire des propositions des programmes concernant les femmes de la région. »

«Aujourd’hui, j’encourage les hommes à suivre les formations sur le genre et aller au-delà des coutumes et considérer la femme comme un partenaire de vie.

J’encourage les femmes à prendre leur destin en main, pour leur bien, et pour le bien de tous. »