Soutenez l’association CARE Maroc en réservant votre logement Booking.com !  

7% de votre réservation sera reversé à l’association si vous réservez à partir de  cette page.  

Valable pour n’importe quelle destination. Sans frais supplémentaires. 


Abonnez-vous
à la newsletter

Découvrez les actualités de
CARE International Maroc
association de solidarité nationale.

JE M’INSCRIS MAINTENANT

Votre adresse e-mail ne sera ni vendue, ni échangée.
Vous pouvez vous désinscrire, en un seul clic, quand vous le souhaitez.

05-05-2020 L’égalité genre, prélude à l’autonomisation de la femme
5 mai 2020
COMMUNIQUÉ DE PRESSE FACE A LA CRISE, CARE MAROC SE MOBILISE POUR SOUTENIR LES PLUS VULNERABLES
26 mai 2020
Tout afficher

04-05-2020
LES FEMMES RURALES SONT LES PILIERS DE LA RÉALISATION DES PROFONDS CHANGEMENTS ÉCONOMIQUES, ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX NÉCESSAIRES AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Rabha, 33 ans, vit au Douar Maammar. Lorsqu’elle avait décidé d’ouvrir un commerce, Rabha a suscité la controverse dans sa communauté empreinte de traditions patriarcales.

Elle n’a jamais été sur les bancs de l’école, comme toutes les filles du douar d’ailleurs. C’était la volonté de sa famille, qui a décidé que sa place était derrière les fourneaux à la maison et aussi de s’occuper de l’élevage. Depuis son enfance, elle était prédestinée à se marier très jeune. Mais, aucun mari ne s’est présenté ce qui lui a valu le nom de [vieille fille].

Les femmes sont exclues, à des niveaux différents, du développement économique et social

Malgré sa volonté, Rabha n’avait pas les moyens de concrétiser son rêve et monter son propre commerce.

  «Alors qu’aucune organisation ne nous avait visité auparavant, CARE Maroc a organisé une réunion en invitant les femmes du Douar pour leur parler du projet. J’ai sauté sur cette occasion pour changer ma vie, après avoir convaincu mon frère pour m’y rendre ».

« J’avais l’habitude de me tenir derrière mon père, ou mon frère. C’était eux qui prenaient toutes les décisions. Je n’étais pas maitresse de mon destin ».

 Les actions de CARE Maroc dans le village

Nous avons pu intégrer le groupe Association Villageoise d’Epargne et de Crédit (AVEC) qui nous aidé à devenir indépendantes. Nous avons bénéficié des formations sur la gestion financière, la comptabilité, le développement personnel, la gestion des stocks, la négociation, la commercialisation des produits, la communication avec les médias. D’ailleurs nous avons tourné un reportage avec une chaine de télévision Nationale, c’était une première dans notre Douar !

 Aussi grâce à la séance de sensibilisation faite par CARE sur la participation des femmes dans les politiques publiques, elles ont organisé une marche dans leur Douar pour le traitement de l’eau potable.

« J’ai pu accéder aux prêts chaque fois que l’une de nous avait une idée validée par le groupe. D’ailleurs, après trois mois de cotisations, le groupe AVEC m’a accordé un crédit

pour lancer mon business qui consistait à vendre des vêtements et des ustensiles de cuisine aux femmes du village. Je partais m’approvisionner en ville. Aujourd’hui je reçois beaucoup de commandes.

La méthode AVEC nous a permis de collecter de l’argent et de réinvestir le capital dans nos activités économiques. Nous sommes devenues autonomes. De plus, nous avons pris confiance pour remettre en question les traditions dans notre société ».

A présent, « nous ne dépendons de personne et gagnons notre vie par nous-mêmes », déclare Rabha.

En plus de mon adhésion à l’AVEC, de la microentreprise, je suis présidente de la coopérative Ourtane Ait Boubrahim pour l’élevage Apicole. Nous exposons nos produits dans toutes les foires de la Région de Khénifra, et travaillons beaucoup avec L’ONSA.

  «L’action de CARE Maroc m’a permis de prendre confiance en moi, de m’affirmer dans l’espace public ».

 

J’ai déposé avec le groupe de femmes une demande à la fédération des apiculteurs de la commune de Khénifra pour obtenir le certificat de qualité d’ONSA et nous avons même eu des demandes pour adhérer à des coopératives à l’échelle régionale.

Aujourd’hui nous sommes en phase de créer une association féminine au niveau de notre commune pour le développement de notre douar.

Comme moi, d’autres femmes ont besoin d’être accompagnées comme je l’ai été. J’espère que CARE Maroc pourra les soutenir elles aussi ».

« J’encourage les autres femmes à prendre leur destin en main, en brisant les préjugés, qui nous enferment, pour avoir un avenir meilleur ».